Centre funéraire de Welkenraedt

Message d'erreur

Warning : Invalid argument supplied for foreach() dans i18n_taxonomy_views_pre_render() (ligne 1317 dans /home/www/a746dfee75c21b4c996a3982cce43b96/web/sites/all/modules/i18n/i18n_taxonomy/i18n_taxonomy.module).

Description

Centre funéraire de Welkenraedt

Slideshow-Projet

Description

Centre funéraire de Welkenraedt

En symbiose avec le paysage

Désigné à l’issue d’une compétition européenne sur invitation, notre bureau a développé un projet très spécifique de centre funéraire et de cimetière paysager sur un ancien site d’extraction d’argile.

Inspiré par l’environnement naturel

Le paysage a guidé la composition architecturale du centre funéraire de Welkenraedt. « Nous avons dessiné, explique Daniel Dethier, un ensemble où les hommes peuvent se retrouver et où l’émotion naît du rapport entre le paysage, la nature et les volumes construits qui semblent émerger du sol pour prendre leur place ‘naturellement’.»

Harmonie de la composition

Le centre funéraire de Welkenraedt est composé de deux corps de bâtiment qui s’articulent en dessous d’une grande toiture végétalisée: d’une part, la cafétéria et ses salons ; d’autre part, une construction plus vaste qui abrite, au rez-de-chaussée, les salles de cérémonie, à l’étage, les bureaux et en sous-sol, les techniques et fours crématoires. A l’entrée et à l’écart du site, une conciergerie s’intègre tant à la géographie du lieu qu’au parti formel du bâtiment principal. Une attention toute particulière a été portée à l’harmonie des volumes et à leurs articulations. Il en ressort un sentiment d’équilibre et d’apaisement renforcé par la finition des bétons qui privilégie la courbe jusque dans les embrasures des fenêtres et la naissance des murs. Cette quiétude n’est pas antinomique avec la force signalétique de la tour, qui émerge du bâtiment central. La tour dissimule les cheminées des fours crématoires, permet la ventilation naturelle des salles de cérémonies et amène la lumière au cœur de l’édifice.

Atmosphères intérieures

Dans les parties accessibles au public, on retrouve la même qualité d’intégration des techniques et de finition des détails qu’il s’agisse des sols, du design des ferronneries ou des menuiseries. De plus, l’ensemble du bâtiment dispose d’un système sophistiqué qui permet une ventilation naturelle dans les deux corps de bâtiments. Le plan privilégie la souplesse des espaces intérieurs. Dans la partie consacrée aux réceptions, la conception des circulations et des cloisons mobiles permet une modularité des salons qui peuvent être isolés un par un ou communiquer entre eux. La distribution du lieu de cérémonie a le même type de flexibilité cette fois par cloisons pivotantes entre les trois espaces qui peuvent se combiner: la grande salle qui s’ouvre vers l’extérieur, la salle intermédiaire et la petite salle plus introvertie et baignée par une lumière zénithale. Quant à l’acoustique, elle est étudiée spécifiquement de manière à rendre les salles de cérémonie plus solennelles grâce à un temps de réverbération plus long et à permettre plus d’intimité dans les salons plus absorbants. Autre espace accessible du public : la salle des fours étudiée selon un scénographie très singulière.

En continuité avec la nature

L’intégration à l’environnement naturel constitue un des axes forts du projet. Elle est sensible jusque dans la conception de la structure permettant d’ouvrir d’immenses baies sur l’extérieur. L’idée de transition est un élément majeur du parti architectural s’exprimant notamment par la volonté de renforcer l’impression que les bâtiments émergent du sol. Elle est aussi présente dans le dessin de la toiture qui se « déroule » suivant la topographie du lieu et se prolonge au-delà de l’emprise des bâtiments pour abriter des zones à l’air libre en continuité avec la nature. Des perspectives paysagères se prolongent ainsi au travers et dans les bâtiments qui organisent, dévoilent et réunissent les différents espaces périphériques. Le site naturel dans lequel s’inscrit le centre funéraire (plus de 6 hectares d’abords dont 3 aménagés) a fait l’objet d’un traitement très étudié en collaboration avec l’architecte paysagiste Erik Dhont. Dès l’entrée du site, les circulations sont organisées de façon fonctionnelle et sensible : les visiteurs sont acheminés jusqu’aux parkings en îlots en empruntant des allées délimitées par des talus plantés d’essences indigènes. Au-delà, toute la conception paysagère tend à harmoniser les différentes fonctions (cimetières, pelouses de dispersion, zones de repos, crématorium, site original avec son biotope spécifique) dans une composition élaborée où chaque espace semble avoir une implantation simple, naturelle et « sereine ». Les différentes typologies de sépultures ont également été pensées et dessinées au même titre que le mobilier et la signalétique.

Fidèle aux démarches d’intégration artistique qu’il promotionne depuis le début de sa carrière, Daniel Dethier a invité Nicolas Kozakis à intervenir dans le processus d’élaboration du projet de son équipe. Cette intervention s’est concrétisée par une scénographie sur le plafond du centre funéraire et les parois des fours crématoires.

Intégration artistique

L’intervention artistique dans un centre funéraire relève de la gageure. On pense à la difficulté à rencontrer la dimension tragique du lieu, sa richesse symbolique et la diversité des traditions du multiculturalisme. Et, puis, il y a le danger de développer une œuvre « convenue » et de préférer ne pas laisser surgir de sens par peur de déranger. Avec les 31 étoiles scintillantes peintes sur le plafond qui couvrent l’ensemble du complexe de Welkenraedt, Nicolas Kozakis est parvenu à intégrer toutes ces données et à installer une vision poétique, contemporaine et féconde. « C’est, explique l’artiste, à l’initiative de Daniel Dethier que j’ai été invité à travailler. J’ai d’abord pensé à un dessin qui reprenait la structure d’un diamant taillé. Et puis, mon projet a évolué vers la conception d’une constellation. Tant par leurs tailles monumentales, leurs dynamismes que leurs proximités, les étoiles qui sont toutes différentes invitent le regardeur à un rapport très physique. On est à l’opposé de la décoration. C’est bien sûr une image du ciel qui, pour moi, hors de tout aspect confessionnel, représente un lieu de passage. J’ai également décliné le motif sur la carrosserie des fours du crématorium pour l’intégrer à la scénographie imaginée par Daniel Dethier. » La qualité du rapport à l’architecture doit être relevée. Kozakis a su intégrer son travail aux concepts développés par les auteurs de projet. Il a su suivre leur volonté de concevoir un plafond avec des surfaces réfléchissantes pour permettre l’éclairage indirect des salles sans sources lumineuses apparentes. Il a su exploiter le matériau iridescent qu’ils lui recommandaient. Il a su tirer profit des calculs photométriques qui définissaient l’implantation optimale des peintures. Sa composition semble aussi flotter sur le lieu : mettant à profit la transparence des parties hautes des murs, il laisse filer ses étoiles de l’intérieur vers extérieur dans un enchaînement infini qui mène notre œil d’une peinture à l’autre.

Fiche technique

146-148 rue de l'Yser
4840 Welkenraedt
2012
Intercommunale du Centre Funéraire de Liège et environs scrl

Construction d’un centre funéraire

Stabilité: B.E.L
Techniques spéciales : BICE
Artiste : Nicolas Kozakis
Fabrication mobilier : Kô - Baudoin Fettweiss
Paysagiste: Erik Dhont
Photographes: Serge Brison and Thomas Faes
Entrepreneur principal : Franki-Gehlen
Surface bâtie: 3 290 m² ; Superficie abords aménagés: 28 944 m²
Equipements

Related projects

Tour du Millénaire
© Jean-Paul Legros
Le manège de la Caserne Fonck
© Serge Brison / www.sergebrison.com
Centre Dynamique des Groupes et d’Analyse Institutionnelle
© Serge Brison / www.sergebrison.com
Amphithéâtres de l'Europe pour l'Université de Liège
© Jean-Paul Legros
EVS
© Serge Brison / www.sergebrison.com
Poste électrique Pouplin
© Daylight